Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cambodge, le Frère N°2 dévoile sa vérité sur le génocide perpétué par les Khmers Rouges

par Pandore 7 Février 2010, 11:16 Asie du Sud-Est

  

   Cambodge, 17 avril 1975, Pol Pot prend le pouvoir avec son organisation communiste, les Khmers Rouges et soumet le peuple à une main de fer en abolissant la religion, l'école et toute propriété privée. Il s'ensuit une forme d'"autogénocide" : 2 millions de cambodgiens périrent au cours des quatre années de son règne despotique, avant d'être renversé par les troupes vietnamiennes.



6a01156f6d3fca970c0120a578e1c0970b.jpg
Nuon Chea, Frère N°2, derrière ses lunettes noirs, en juillet 2OO3 à Païli, encore en liberté. (Reuters) link


  Le film Ennemies of The People soulève le voile sur un passé douloureux pour ces cambodgiens qui subirent ces années traumatisantes. La rencontre avec Nuon Chea, le Frère Numéro 2 du régime, et du reporter Cambodgien Thet Sambath ajoute une dimension réaliste et touchante. Pendant dix années, ce dernier va persuader cet ancien idéologue et dictateur de parler au sujet de ces massacres devant une caméra. Il confie ce qu'il a fait en choisissant ses mots, bien avant d'être inculpé, en décembre 2009, pour génocide par le tribunal de Phnom Penh du génocide cambodgien, sous l'égide de l'ONU. Toutes ces années au cours desquelles Thet Sambath va lier une relation particulière avec Nuon Chea, en lui rendant visite chez lui, en partageant son repas, mais sans lui dire et lui reprocher la mort de son père et de son frère par les Khmers Rouges, ainsi que le mariage forcé de sa mère avec un cadre Khmers Rouges. Une recherche de la vérité au plus profond de lui même va lui donner ce courage de rester insensible face au bras droit de Pol Pot. Ce n'est pas seulement pour le journalisme mais aussi pour le devoir de mémoire qu'il réalisa ce reportage, comme il le souligne lui même, un deuil définitif que toutes victimes cherchent à trouver.


image1
                                                                              Le reporter Thet Sambath au coté de Nuon Chea. link


  On remarque notamment la parole de certains soldats, paysans de profession pour la plupart, qui montre à quel point ils étaient soumis au régime et cherchent aujourd'hui seulement à effacer de leur mémoire les atrocités commises. Tous condamnés à regretter leurs actes. La rencontre de chacun les pousse à avouer, tout en montrant leur respect, tout en cachant leur peur. Un des anciens combattants nous montre comment on égorge un homme, une scène marquant les esprits. C'est alors que Thet Sambath décide de les rassembler lors d'une journée, à cet instant Nuon Chea leur explique qu'ils ont agit pour la patrie et soulage leurs actes passés. Malgré ses sincères excuses auprès des victimes, il ne regrette pas ses choix envers son pays.


filmmaker.jpg
                                                             Thet Sambath et le britannique Rob Lemkim.link



  En 2006, Thet Sambath rencontre le cinéastre britannique Rob Lemkim qui collabore avec lui afin d'obtenir une double dimension du film: le travail effectué par Thent Sambath et son histoire personnelle. Ce film est présenté par Rob Lemkim au Human Right Film Festival à Oslo, en Norvège (link) le 6 février 2010.




Le film:        Ennemies of The People,                                        link
Le Festival:  Human Rights Human Wrongs Film Festival            link
                   3 au 7 Février 2010, Parkteatret, Oslo, Norvège






 

commentaires

Haut de page