Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stéphane Hessel et Pierre Larrouturou proposent des solutions concrètes que la jeunesse doit utiliser

par Pandore 28 Mars 2011, 14:42 Débats

 

 

« Ils ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre. »

 

« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font du mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. »

 

Albert Einstein

 

 

  Samedi 26 mars 2011, au Comptoir Général, sur les bords du Canal St Martin, à Paris.

 

  Le Think-tank Le Kairos (link) propose un débat avec Stéphane Hessel, Ambassadeur de France et Pierre Larrouturou, économiste et conseiller régional à Europe Ecologie Les Verts (EELV), autour de la question d’urgence et d’avenir de notre société face à la crise sociale, financière et écologique que notre monde d’aujourd’hui traverse.

  Comment dire l’urgence ? Comment reconstruire l’espoir ?


 

Le jeune garçon à l'épée, Edouard Manet2

Edouard Manet (1832-1883), Le jeune garçon à l'épée1861, Huile sur toile, H. 131,1 ; L. 93,4 cmNew York, Metropolitan Museum of Art

© The Metropolitan Museum of Art, Dist. RMN / image of the MMA (link)

 



  Un constat évident : la crise financière qui a démarré depuis 2007 avec la chute de Lehman Brothers, due aux prêts hypothécaires à risques (les subprimes), n’a eu aucun effet moralisateur sur les systèmes financiers. M Larrouturou constate que les gouvernements et les banques n’ont « retenu aucune leçon de la crise.» Comment éveiller la société ? Que proposer comme solutions ?

  D’après son enquête, avant l’ère Reagan (Président des Etats Unis de 1981 à 1989), la dette des Etats était maintenue à un seuil respectable. Henri Ford (1863-1947) parlait en son temps d’un système social égalitaire. Pourtant homme de droite, le créateur de Ford Motor Compagny croyait en une justice sociale. Ronald Reagan et Margaret Tatcher (Premier ministre du Royaume Unis de 1979 à 1990) ont  privatisé et libéralisé les marchés. Le concept du libéralisme économique et de la liberté individuelle semblent être la cause des problèmes que connaissent les gouvernements et les sociétés contemporaines.

 

  La croissance comme problème

  Aujourd’hui la dette devient un problème croissant. La croissance, le pillier du système économique, provoque un endettement et un aveuglement exponentiel. Il est vrai que l’évolution amène à aller toujours plus loin, toujours plus haut. Mais dans un monde fini avec des resources limitées, cette conception va elle aussi prendre fin. Nous y sommes peut être.

  L’exemple de la Chine est révélateur : considérée comme « le pays le plus instable » selon M Larrouturou, le gouvernement a injecté 30% du Produit Intérieur Brut (PIB) en crédit privé pour maintenir sa croissance fulgurante aux cotés des autres pays. Précisément, pour présenter une croissance de 9%, un total de 44% du PIB a été nécessaire. En plus, « La chine vend ses bons de trésors, elle se désengage » toujours selon cette économiste, « les rats quittent le navire. Plus personne n’achète de bons du trésor ayant une échéance au delà de 5 ans. » Un Global Collapse s’annonce, un effondrement du système économique à l’échelle planétaire.

  Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fond Monétaire International (FMI) aurait évoqué une « guerre » économique, en privé, entre les dirigeants gouvernementaux, alors qu’en public ou devant la presse, il affirme une amélioration de la conjoncture.

 

  S’occuper en priorité des inégalités

  Une solution est pourtant proposée, celle de s’attaquer à la fois à la crise sociale, aux inégalités et à la régulation de la crise économique. Le principe est simple : toute personne qui travaille consomme et produit cette croissance tant recherchée. Maintenir la population au chômage réduit cette opportunité évidente de consommer. Or de nombreux Etats ont laissé les banques accorder des prêts à des gens dont les capacités à rembourser étaient illusoires. Inciter des personnes endettées à dépenser est dénué de raison. Les gouvernements mettent plus de dettes, mais ont-ils réfléchi à cette aberration et à ces conséquences ? On peut comprendre que l’appât du gain est jouissif, mais au point de faire écrouler l’économie mondiale et d’entrainer une majorité de pays avec, il faut des acteurs responsables et raisonnables. Pendant les trente dernières années, ce que les Etats ne donnaient pas avec le salaire, ils le donnaient avec la dette. Le glas a sonné. Joseph Stiglitz explique cet ubris dans son ouvrage Le Triomphe de la Cupidité.

 

  La parole d’un homme engagé

  Nominé pour le prix Nobel de la paix, Stéphane Hessel garde une étincelle de jeunesse, celle qui lui permet de se battre pour les droits de l’Homme. Agé de 93 ans, son physique est trompeur, une force vive le pousse toujours à être debout face à l’adversité. Il nous rappelle qu’il faut conserver des valeurs, tel que la liberté, l’égalité ou le respect. Face à toutes les catastrophes d’aujourd’hui, « on s’aperçoit enfin qu’on ne peut pas continuer comme ça » constate-t-il. Le fait marquant est qu’il croit en la jeunesse, il y voit un éveil. « Si on veut se porter bien, il faut faire le bien ». Sa vitalité le prouve.

  Face à toutes les interrogations que se pose le public, Stéphane Hessel conseille de s’engager en politique ou d'intégrer un parti de son choix, se confronter aux idées des autres et proposer les siennes. C’est dans une solidarité planifiée, un pluralisme que la démocratie peut s’exprimer. Il faut être ouvert et accueillir la richesse culturelle du monde. Des mots simples qui pourtant ont du mal à se faire entendre encore aujourd’hui.

 

 


A lire :

Le Kairos,  conférence du 26 mars, comment dire l'urgence? (link)

Compte-rendu du débat (link)

 

Indignez-vous, de Stéphane Hessel

La Voie, pour l'avenir de l'humanité, d’Edgar Morin  

Le Triomphe de la Cupidité, de Joseph E. Stiglitz

Métamorphoses du travail, d'André Gorz

 

Illustration: Le jeune garçon à l'épée, d'Edouard Manet (link)


A voir:

Musée d'Orsay (link)

Manet, inventeur du Moderne (link)

du 5 avril au 3 juillet 2011

Horaires: du mardi au dimanche (link)

                 de 9h30 à 18h

 

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page