Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La perspective de la fin du monde occidental laisse place au monde oriental, parlerons-nous tous chinois demain?

par Pandore 3 Janvier 2011, 12:16 Asie

 

 

  koreaDes tensions entre les deux Corées émanent à coup de bombardement. Mardi 23 novembre 2010,  la Corée du Nord tire une dizaine d’obus sur une île de Yeonpyeong en mer Jaune. Cette île est en proie entre les deux Corées pour l’appropriation de ce territoire. Une réponse par les armes de la Corée du Sud déclenche un tollé international. C’est en ce lieu qu’en mars dernier une Corvette sud coréenne sombra, tuant tous ses passagers militaires à bord.

 

  Cette frasque introduit la tendance actuelle d’un monde en ébullition. Le monde bipolaire de la guerre froide devient un monde multipolaire, voir même, apolaire. L’émergence des pays comme la Chine, l’Inde et le Brésil remet en cause la puissance occidentale, notamment celle des Etats Unis et de l’Europe. Les Etats Unis reste la première puissance militaire, mais la Chine en devient une économiquement. L’Europe, berceau des Lumières et de son ancienne puissance coloniale prend de l’âge et tend à prendre sa retraite. Quels seront les nouveaux acteurs de demain ? Qui va influencer les tendances géopolitiques futures ?

 

Certaines faiblesses chinoises 

  Tout commence par certains signes précurseurs d’une évolution. L’été 2010 a été marqué par de nombreux mouvements de manifestation en Chine, puis au Bangladesh le 23 juillet dernier. Les gouvernements ont réussi à étouffé ces « bruitages » à travers leur pays. Car même si la plus grande force en Chine est bien sa forte population, cela peut devenir sa plus grande faiblesse en cas de soulèvement. Peut être est-ce une des raisons qui pousse le gouvernement chinois à se doter de la plus grande armée du monde. Croire qu’un peuple, considéré comme l’atelier du monde, va rester inerte face à l’émergence d’une population riche dans leur pays est illusoire. La convoitise est propre à l’homme et l’une des sources de nombreux conflits à travers notre Histoire. Chaque personne prend conscience de l’inégalité dans le monde. Une goutte d’eau fera déborder le vase. La flambée des prix en Chine, annoncé le 17 novembre, met en danger ce miracle économique. Second signe.

 

  Le 16 juillet 2010, une marée noire se produit à Dalian (link), le troisième port chinois, dans la province de Liaoning, non loin de Pékin. Un oléoduc explose déversant une nappe de pétrole dans la mer Jaune. Elle s’ajoute à celle provoqué par le groupe pétrolier British Petroleum (BP) sur la Plateform Deepwater Horizon le 20 avril, provoquant une marée noire historique dans le golfe du Mexique. La croissance économique chinoise exponentielle met de coté certains points importants comme la sécurité des ses infrastructures afin de garantir une pérennisation certaine. Sans oublié le manquement aux Droits de l’Homme, tant décrié par la communauté internationale. Mise à part le prix Nobel de la Paix, promulgué par la Norvège en désignant Liu Xiaobo, dissident chinois dans son propre pays, quels atouts gardent en main la Chine pour ne pas être écarté du jeu géostratégique ?

 

Un poids non négligeable dans le monde 

  Sa monnaie, le Yuan, dont son taux est artificiellement bas, lui permet de s’enrichir  avec son commerce extérieur. Ses exportations en Europe et aux Etats Unis lui offrent un pouvoir économique concurrentiel, intelligemment maintenu sans aucunes réelles critiques extérieures n’allant jusqu’à des pénalisations. Le gouvernement américain a, à plusieurs reprises, mis la pression au président chinois Hu Jintao afin qu’il cesse ses méthodes commerciales avantageuses pour son pays mais déloyales envers les autres pays. Le commerce n’est-il pas un système déloyal par nature ?

 

  Et puis, un détail qui marque pourtant son importance : la Chine détient la dette américaine en bon du trésor avoisinant les 900 milliards de dollars. Un principe financier semble découler de cette perspective, c’est par la dette que nous maîtrisons un pays. Dans Le Monde Diplomatique de janvier 2011, Mme Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat des Etats Unis, semble s’inquiéter de la dette détenue par Pékin : « Comment négocier en position de force avec son banquier ? »

 

  Dernièrement, le gouvernement chinois cherche à se positionner militairement en maître face à la flotte américaine pour un contrôle des zones maritimes avoisinant son territoire. Un défi est lancé dans le rapport de force entre le Chine et les Etats Unis pour les décennies à venir (link).

 

 

 

 

A lire :

Géopolitique, Revue de l'Institut International de Géopolitique:

Histoire des mondialisations, juillet 2010, N° 110

Le poids de la Chine dans le Monde, novembre 2010, N° 111

 

L'état du monde 2011, La fin du monde  unique

sous la direction de Bertrand Badie et Dominique Vidal 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

Haut de page