Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Afghanistan devient le lieu de controverse mondiale

par Pandore 9 Septembre 2009, 10:58 Moyen-Orient

 

 

afghn-1013011.jpg

                         Kandahar, Afghanistan, 1992. Un groupe de nomades tribales pachtounes  appelé                                                                                      Kuchis dans le désert. Steve McCurry (link)

 

 

   Les élections présidentielles afghanes ne sont pas encore officiellement terminé que le président Hamid Karzaï se proclame déjà réélu. Il arrive en tête du scrutin avec 54,1%  des voix contre 28,3% pour son rival Abdullah Abdullah portant sur 91,6% des bureaux de vote selon les résultats partiels publiés par Le Monde et le Nouvel Observateur. Il semblerait que ce soit la majorité absolue, mais pour tout le monde, cela sent les fraudes, trop plausibles pour être aussi vrai et comme le montre Mr Karzaï pour être aussi sûr de lui. En plus la commission électorale afghane (IEC) aurait bloqué le mardi 8 septembre les urnes de plus de 600 bureaux de vote.



   Tout cela rend l'affaire bien plus compliquée qu'elle n'est déjà. Car s'il y a bien fraude, le temps à perdre pour vérifier et recompter tous les bulletins semble arranger les conflits qui persistent dans le pays. Que cela cache-t-il? Est-ce le moment propice pour brocarder avec des élections? Sachant que Mr Karzaï a été installé au pouvoir par la communauté internationale en 2001, on se demande quelles sont ses intentions pour l'avenir de l'Afghanistan et ses relations diplomatiques. Même l'administration Obama avait envisagé de remplacer ce dernier, "qui était très proche de l'équipe Bush" souligne  Le Monde. Car  "cela pourrait provoquer des guerres civiles dans la guerre civile, des affrontements entre les partisans des deux candidats arrivés en tête sur font de guerre contre les Taliban. De plus "aucun des pays occidentaux présents en Afghanistan ne croient à un rétablissement d'une quelconque paix civile si la corruption et la violation de la loi y persistent." Et puis "ni les Etats-Unis  ni les Européens ne pourraient, sans se tirer dans le pied, fermer les yeux sur une fraude électorale en Afghanistan après avoir dénoncé celle que le pouvoir iranien avait organisé en juin" et la crédibilité de leur intervention, explique ce matin Bernard Guetta, journaliste sur France Inter.

   Nous sommes réduits à un dilemme diplomatique où l'OTAN et le gouvernement américain cherchent à maîtriser la situation d'un pays au bord du gouffre. Aucune évolution n'est envisageable dans cette perspective. La sécurité de l'Afghanistan semble compromise. Deviendra-t-il le nouveau "Vietnam d'Obama" suggère Eric Fottorino, directeur du journal Le Monde.  Ce pays sera-t-il pris d'assaut par les pays limitrophes? Probablement, sauf si le président Karzaï accepte de se soumettre aux lois par "un autre mode d'exercice du pouvoir facilitant la restauration de la justice, le développement et la reconnaissance des avancées démocratiques voulues par les afghans." La guerre contre les talibans risque d'être prolongée sans le renforcement du pouvoir afghan. Et ce sera la population civile, qui se meure depuis trente ans, qui subira encore cela aux prix de leur vie. 

 

 

 

afghn-12453ns.jpg

                                                                                    Nangahar, Afghanistan 1989, Steve McCurry (link)

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page